Attention au risque vasculaire

La maladie thrombo-embolique veineuse et sa principale complication, l’embolie pulmonaire, sont en augmentation en France. Une étude montre que l’incidence grimpe aussi au fil de la grossesse.

Deuxième cause directe de mortalité maternelle en France, après l’hémorragie du post-partum, la maladie veineuse thrombo-embolique (MVTE) est pourtant évitable. Mais pour la prendre en charge, encore faut-il la connaître et la reconnaître. Plusieurs études apportaient jusque-là des résultats controversés. Pour en avoir le cœur net, une équipe française mixte (Institut de veille sanitaire, Inserm, université Paris-Descartes, Agence de biomédecine et hôpital Cochin) a compilé un ensemble de données quasi exhaustives sur ces dernières années*. Non seulement l’incidence de la thrombose veineuse profonde et de l’embolie pulmonaire augmente au cours de la grossesse, avec un pic au début du post-partum, mais cette incidence a aussi grimpé au fil des années en France. DONNÉES QUASI EXHAUSTIVES Les chercheurs se sont concentrés sur les femmes domiciliées en France métropolitaine et dans les DOM (hors Mayotte) ayant été hospitalisées pour un accouchement (naissance vivante ou IMG de plus de 22 semaines) ou pour un soin postnatal entre le 1er août 2009 et le 31 août 2014. L’hospitalisation pour une thrombose veineuse ou une…

——————————————————————————————————————————–

Ce contenu est réservé aux abonnés formule numérique.