Regard sociologique sur les libérales

15 mai 2016 0

Le laboratoire d’études et de recherche en sociologie (Labers) est dirigé par Alain Vilbrod, professeur de sociologie. Avec la chercheuse Florence Douguet, il a enquêté auprès des sages-femmes libérales. Plus de 500 d’entre elles ont répondu à leur questionnaire. Aidés par des étudiants de master, ils ont aussi mené une centaine d’entretiens auprès de professionnelles de Bretagne et d’Alsace, pour explorer le vécu de leurs études, leur entrée en activité, les collaborations entre libéraux ou l’accompagnement des femmes en situation de vulnérabilité. Ils ont remis un rapport détaillé à l’Observatoire national des professions de santé (ONDPS), qui devrait prochainement publier plusieurs documents concernant l’activité des libérales et leur avenir, s’interrogeant notamment sur le maintien du numerus clausus à son niveau actuel. Les rapports de l’ONDPS sont en cours de finalisation et demeurent confidentiels. Mais déjà, certaines analyses du Labers sont disponibles (voir références). Alain Vilbrod et Florence Douguet ont aussi répondu à certaines de nos questions.   UN ÉCHANTILLON REPRÉSENTATIF Premier constat : les libérales ont besoin de s’exprimer. Faits...

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- Ce contenu est réservé aux abonnés formule numérique.

Cabinet groupé : le point juridique

15 mai 2016 0

Quelles sont les structures juridiques adaptées aux cabinets groupés de sages-femmes ? L’association simple, sans partage d’honoraires, est un contrat qui a pour but de prévoir l’organisation et le fonctionnement du cabinet, comme la gestion des absences, des remplacements, la répartition des charges. Il y a une indépendance des sages-femmes au niveau des exercices et des honoraires. Il n’y a donc pas de partage de patientèle et chaque sage- femme est responsable à titre individuel. C’est le contrat le plus simple, mais l’association n’a pas de personnalité morale.
 La société civile de moyens (SCM) est une structure sociétale. Elle a donc une personnalité juridique. Comme l’association, elle permet de conserver une indépendance dans l’exercice. Là non plus, les sages-femmes ne partagent pas les honoraires. La société civile de moyens a un unique objet : elle permet d’organiser le partage des moyens. Elle vise donc à répartir les charges, le matériel, le téléphone, le personnel éventuellement. La responsabilité financière de la sage-femme demeure à hauteur des apports qu’elle a investis dans...

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- Ce contenu est réservé aux abonnés formule numérique.

Exercer à plusieurs

15 mai 2016 0

C’est un peu comme un couple. Il faut réussir à communiquer », commente Marie Leroy. Depuis deux ans, elle a ouvert un cabinet avec sa consœur et amie Marie-Audrey Cuegniet, à Bourg-Achard, un village de l’Eure, en Normandie. Lasses de leurs sept années passées en maternité hospitalière, les sages-femmes ont eu envie d’explorer une autre pratique. « Nous n’étions satisfaites ni l’une ni l’autre de la prise en charge proposée à l’hôpital, poursuit Marie Leroy. Nous y trouvions l’activité trop sectorisée, ne voyant les patientes qu’à l’accouchement. Nous avons donc fait le choix d’une installation en libéral pour pouvoir suivre des patientes tout au long de leur grossesse. » Une sorte d’accompagnement semi- global, chéri par nombre de libérales. Aujourd’hui, chacune des deux membres de ce duo conserve un mi-temps à la maternité. Et dans leur cabinet partagé, elles chouchoutent leurs patientes à tour de rôle, en totale indépendance. Le cabinet groupé rassure nombre de sages-femmes. Car, revers de la médaille, l’indépendance ne va pas sans une certaine solitude professionnelle....

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- Ce contenu est réservé aux abonnés formule numérique.

Quels liens entre la ville et l’hôpital ?

15 mai 2016 0

Le temps est révolu où les sages-femmes hospitalières ne connaissaient rien de l’activité libérale. Traditionnellement, les sages-femmes installées en ville assuraient des activités complémentaires de l’hôpital, mais les modes d’exercice se tournaient le dos. Avec davantage de liens entre la ville et l’hôpital, bien que le virage ambulatoire souhaité par les autorités de tutelle n’ait pas été totalement mis en œuvre, les professionnelles semblent mieux reconnaître leurs compétences respectives ou partagées. Cette porosité, associée aux effectifs grandissants des libérales, rend ces dernières plus dépendantes de l’hôpital et de son organisation. COLLABORATIONS PLUS NOMBREUSES
 Selon Alain Vilbrod et Florence Douguet, du Laboratoire d’études et de recherche en sociologie (Labers) en Bretagne, un quart des sages-femmes libérales ont une activité mixte et exercent au sein d’un établissement de santé. Les taux sont plus importants chez les plus jeunes. Ainsi, 22,6 % des professionnelles installées entre 2005 et 2009 ont une activité mixte, contre 17,4 % des installées entre 2000 et 2004 et 10,2 % des installées entre 1995 et 1999. « Pour...

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- Ce contenu est réservé aux abonnés formule numérique.

Alcoolisation fœtale : prochaine grande cause nationale ?

12 mai 2016 0

Bien plus répandue qu’on ne le pense souvent, l’alcoolisation fœtale est dramatique pour les bébés à naître, ainsi que pour les enfants, adolescents et adultes qu’ils deviendront. Le syndrome d’alcoolisation fœtale (SAF) est la forme la plus grave : dysmorphie craniofaciale, hypotrophie globale avec retard de croissance, retard mental avec déficit intellectuel. Mais il existe de nombreux autres syndromes, moins complets, que les spécialistes ont réuni dans les Troubles causés par l’alcoolisation fœtale. Les progrès réalisés en neurobiologie, en épidémiologie et en détection laissent désormais entrevoir l’ampleur du drame. Dans un rapport adopté le 22 mars dernier, l’Académie nationale de médecine sonne l’alarme. TOXIQUE À LONG TERME L’inadaptation du nouveau-né qui peut aussi souffrir de difficultés d’allaitement et de troubles du sommeil peut parfois être confondue avec des signes de sevrage. Quand l’enfant entre à l’école, des anomalies de comportement et des troubles cognitifs retentissent sur ses apprentissages. A l’adolescence, on peut y ajouter une intolérance aux frustrations, une difficulté d’intégration. Chez les adultes, viennent aussi des troubles du comportement...

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- Ce contenu est réservé aux abonnés formule numérique.

Là où les autres ne vont pas

12 mai 2016 0

Medina est née de la volonté de deux médecins intervenus lors de la guerre en Bosnie en 1994. Ils avaient alors tenté de guérir une petite fille leucémique, dont l’association porte aujourd’hui le nom en hommage. Créée en 1998, l’ONG s’est fait la spécialité d’intervenir dans des zones de conflits non desservies par les autres ONG. Bosnie, Tchétchénie, Kosovo, Palestine : autant de pays où des projets d’urgence, de post-urgence ou de développement sont en cours. En 2011, la guerre éclate en Syrie. Dès 2012, l’association Medina y noue un réseau. La région d’Alep, la deuxième ville du pays, est aux mains de la rébellion faite d’alliance entre l’armée syrienne libre et des groupes fondamentalistes comme le Front Al Nusra. Elle est régulièrement bombardée par les forces du régime de Bachar al-Assad. Si des hôpitaux et des postes de soins subsistent au cœur de la ville, la banlieue ouest, notamment, est plus démunie. Le besoin d’une maternité se fait sentir et Medina décide d’y remédier. MATERNITÉ CLANDESTINE L’établissement ouvre ses...

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- Ce contenu est réservé aux abonnés formule numérique.

Recherche 225

11 mai 2016 0

Le partogramme est-il encore utile ? Pour prévenir les complications de l’accouchement, des scientifiques ont depuis longtemps chercher à les prédire en fonction du déroulement du travail. De nouvelles techniques statistiques, basées sur des modèles multifactoriels, peuvent augmenter la précision des courbes en incorporant plusieurs facteurs directement reliés à la progression du travail. Les calculs s’adaptent aux conditions en cours pour chaque femme. Pour y voir plus clair, des chercheurs canadiens et américains ont comparé deux méthodes qui permettent d’examiner la relation entre le déroulement du travail et l’apparition de complications. Ils ont inclus dans leur étude 4703 femmes enceintes d’un singleton en présentation céphalique, ayant accouché dans deux hôpitaux universitaires de référence en 2012 et 2013. Un groupe de femmes ayant eu des complications en lien avec la progression du travail a compté 272 césariennes pour arrêt de progression du travail, 558 césariennes dues à un monitoring cardiaque fœtal alarmant, 178 hémorragies du postpartum, 237 détresses fœtales. Restaient donc 3004 femmes dans le groupe des accouchements spontanés par voie...

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- Ce contenu est réservé aux abonnés formule numérique.

Moins de mortalite périnatale en Europe

11 mai 2016 0

Les taux de mort-nés, après 28 semaines d’âge gestationnel et de mortalité néo- natale pour les enfants nés après 24 semaines d’âge gestationnel ont baissé partout en Europe entre 2004 et 2010. C’est ce qu’avait indiqué en mai 2013 le projet Euro-Peristat, coordonné par l’Inserm. Mais une analyse plus fine des données vient apporter des nuances au tableau. Et quelques surprises : alors que les chercheurs attendaient une baisse plus importante dans les pays où la mortalité périnatale était plus élevée en 2004, la baisse a eu lieu partout, y compris dans les pays où la mortalité périnatale était déjà faible. Preuve que même lorsque la situation est presque maîtrisée, on peut encore l’améliorer. Il n’y aurait donc pas de nombre incompressible de décès. Des pays comme la Finlande et la Suède, où la mortalité périnatale était très basse en 2004, ont continué de faire chuter leur taux. DISPARITÉS EUROPÉENNES Mais même en 2010, en Europe, d’importantes disparités demeuraient. Le taux de mortinatalité variait de 1,5 ‰ en République tchèque...

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- Ce contenu est réservé aux abonnés formule numérique.

Violences obstetricales : avis aux chercheurs !

11 mai 2016 0

Les violences faites aux femmes sont largement documentées. Il reste davantage d’inconnues en matière de violences obstétricales, alors que ces dernières années la question de la maltraitance en gynécologie-obstétrique a surgi dans le débat (voir aussi Profession Sage- Femme n° 223, page 42). C’est pourquoi l’Association française pour l’accouchement respecté (Afar), membre du Collectif interrassociatif autour de la naissance (Ciane) a fait un état des lieux des travaux de recherche dans ce domaine, plus nombreux à l’étranger qu’en France. Soixante publications scientifiques et juridiques ont été répertoriées, assor ties d’une traduction du résumé et d’un commentaire de l’Afar. Un classement thématique permet d’identifier les publications qui traitent de la maltraitance dans une perspective de genre, celles qui se réfèrent davantage aux sciences humaines, les articles plus militants mais aussi les publications médicales de portée internationale. Des rapports d’organisations gouvernementales ou non gouvernementales spécifiques ont aussi été inclus, de même que des travaux juridiques. Enfin, des études concernant le stress post-traumatique après l’accouchement ont été recensées. Une liste de références non […]

Lancement de centres d’excellence Nexplanon®

11 mai 2016 0

Le laboratoire MSD France, qui commercialise le seul implant contraceptif disponible, le Nexplanon®, a ouvert deux centres d’excellence à Saint-Cloud et à Marseille. Huit autres centres sont prévus à Lille, Strasbourg, Lyon, Nantes, Bordeaux, Toulouse et encore à Paris et Marseille. Cette initiative est née d’une analyse conjointe de l’entreprise pharmaceutique et du Groupe d’experts de réflexion autour de l’implant contraceptif (Gerico), qui rassemble une dizaine de médecins. Il fallait aller plus loin après l’amélioration du contraceptif, qui s’est vu doté d’un inserteur et qui est désormais composé de baryum le rendant radio ou écho-visible depuis 2011. Alors que jusqu’ici les formations à l’insertion, la localisation et au retrait de l’implant se déroulaient au sein de services hospitaliers sur des bras en plastique, les centres d’excellence visent à former les professionnels sur des patientes volontaires. Les centres seront situés dans un service de petite chirurgie, avec un échographe à disposition. Un des 140 référents formés par le Gerico encadrera les apprenants au cours de diverses séances de formation continue. « […]