Une première pour le CNSF

5 février 2017 1

Revoir les pratiques d’administration de l’oxytocine à l’aune des études de l’Inserm sur les facteurs de l’hémorragie du post-partum s’est imposé au CNSF, qui souhaitait démontrer sa capacité à établir des RPC. La banalisation du « rutpure, péri, synto » en faisait aussi un sujet crucial pour les sages-femmes. Portées par Corinne Dupont, première sage-femme titulaire d’une habilitation à diriger des recherches, et Marion Carayol, sage-femme et docteure en santé publique depuis 2008, ces RPC représentent un « acte fondateur » pour le CNSF, selon sa présidente Sophie Guillaume. Comme le rappelle Marion Carayol, coordonnatrice des RPC, « jusqu’à présent les sages-femmes participaient aux recommandations du CNGOF ». Ces premières RPC démontrent donc que « des sages-femmes ont acquis des compétences dans le domaine de la recherche leur permettant d’initier ce type de réflexion et de mobiliser un groupe de travail pluriprofessionnel et pluri-institutionnel ». Les différents groupes de travail qui ont planché sur ces RPC ont été composés de binômes de rédacteurs : sage-femme/obstétricien et sage-femme/pédiatre. « Dans le groupe des rédacteurs se trouvent des profils très divers comme celui...

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- Ce contenu est réservé aux abonnés formule numérique.

Les oxytociques, c’est pas automatique

5 février 2017 0

Y aura-t-il un avant et un après les recommandations pour la pratique clinique (RPC) sur l’administration de l’oxytocine lors du travail spontané ? Le Collège national des sages-femmes de France (CNSF), pour qui l’établissement de ces « reco » est une première (voir encadré), le souhaite et appelle à l’adoption de nouveaux réflexes dans les maternités. Alors que 58 % des femmes en travail spontané ont reçu de l’oxytocine en 2010, selon l’Enquête nationale périnatale, les auteurs des RPC estiment ce taux excessif au regard de la littérature. LONGUE GENÈSE Ne pas banaliser l’usage de l’oxytocine. Tel est le message clé de ces RPC. A l’origine, la question a été soulevée par le Collectif interrassociatif autour de la naissance (Ciane). Ce rassemblement d’usagers a interrogé le lien entre l’hémorragie du post-partum (HPP) et les pratiques médicales routinières depuis 2002. En 2004, lorsque le Collège national des gynécologues-obstétriciens (CNGOF) publie avec l’Anaes (aujourd’hui Haute Autorité de santé) ses RPC sur « Les hémorragies du post-partum immédiat », le Collectif critique un texte qui ne se concentre que...

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- Ce contenu est réservé aux abonnés formule numérique.