Actualités

  • Tiers payant généralisé… pour les volontaires

    Tiers payant généralisé… pour les volontaires

    Depuis le 1er juillet 2016, les professionnels de santé peuvent dispenser les patients pris en charge à 100 % par l’Assurance Maladie d’avancer leurs frais pour des consultations ou des examens. C’est le cas des femmes enceintes à partir du sixième mois de grossesse. Au 1er janvier 2017, ce sera un droit. Dans les faits, de nombreuses sages-femmes pratiquent déjà la dispense d’avance de frais auprès de leurs patientes. Une procédure simple à mettre en place. « Cela ne pose pas de soucis avec les caisses primaires d’assurance maladie, note Elisabeth Tarraga, secrétaire adjointe de l’Organisation nationale des syndicats de sages-femmes. Il faut parfois rappeler la législation aux autres caisses (MGEN, MSA, RSI, LMDE, Smerra…), mais cela se règle assez facilement. » En 2016, 78,6 % des actes facturés par les sages-femmes l’étaient sous tiers payant, 2,6 % sous tiers payant total (Assurance Maladie et complémentaires) et 18,8 % hors tiers payant. Tiers payant partiel A partir du 1er janvier …Lire l'article »
  • Vers une baisse du numerus clausus ?

    Vers une baisse du numerus clausus ?

    « Nous avons passé en revue une dizaine de scénarios concernant le numerus clausus (NC), du plus laxiste au plus drastique. Au final, nous préconisons d’infléchir de façon mesurée la croissance de l’effectif des sages-femmes dans les années à venir, via une baisse modérée et graduelle du numerus clausus, avec une modulation par région. » Marianne Benoît, vice-présidente du Conseil national de l’Ordre des sages-femmes (CNOSF) estime qu’il s’agit là d’agir de façon responsable et acceptable, sur la base d’analyses sérieuses. ALERTE SUR LA DEMOGRAPHIE L’étude du CNOSF rendue publique le 15 septembre a été lancée suite aux travaux de l’Observatoire national de la démographie des professions de santé (ONDPS). Les organisations de sages-femmes ont été informées des analyses de l’ONDPS dès avril dernier. Elles y ont participé depuis, espérant chacune que leurs contributions soient retenues dans les conclusions du rapport global de l’Observatoire, annoncé pour fin septembre 2016. Regroupant des enquêtes sociologiques (voir Profession Sage-femme n° …Lire l'article »
  • Valproate de sodium : encore trop de femmes exposées

    Valproate de sodium : encore trop de femmes exposées

    Fin août, un premier rapport a donné une étendue des dégâts causés par le valproate de sodium, appelé aussi acide valproïque, hautement tératogène (voir Profession Sage-Femme n°224 – avril 2016). Sur la période 2007-2014, il estime que 14 322 femmes enceintes inscrites au régime général de la Sécurité sociale ont été exposées à cet antiépileptique ou ses génériques selon une évaluation de l’Agence de sécurité nationale du médicament et de l’Assurance Maladie. Dans 57 % des cas, les femmes étaient traitées pour épilepsie. Dans cette situation, 85 % des fœtus ont été exposés durant le premier trimestre de grossesse, 68 % au cours du deuxième trimestre et 66 % au cours du troisième. Quant aux 43 % de femmes exposées suite à une prescription pour trouble bipolaire, l’étude rapporte 94 % de fœtus exposés au premier trimestre, 15 % au deuxième et 14 % au dernier. Il s’agit là d’estimations basses, l’analyse ayant retenu comme …Lire l'article »
  • Retour sur une campagne en demi-teinte

    Retour sur une campagne en demi-teinte

    « C’est une campagne innovante ! » annonçait Marisol Touraine en conférence de presse le 22 juin, lors du lancement de la campagne d’information sur les compétences des sages-femmes. Côté contenus, la campagne répond bien aux attentes de la profession qui souhaitait médiatiser ses compétences auprès des femmes depuis longtemps. Affiches, micro-trottoir, dépliants, bannières Web… Les outils conçus avec les organisations et associations de sages-femmes soulignent la diversité du champ d’intervention des sages-femmes. C’est bien le minimum. Mais les moyens de diffusion ont été limités, un point sur lequel l’ONSSF a alerté le ministère en amont. PLAN MEDIA REDUIT Interrogé, le ministère de la Santé nous a donné des détails sur son plan media. Une campagne de bannières internet courrait du 22 juin au 6 juillet, soit sur une période très courte. En ciblant des critères de sexe et d’âge et des mots-clés, ces messages auraient été très présents sur des sites féminins (Femme actuelle, Aufeminin, Voici, Gala), …Lire l'article »
  • Urgent: la maternité de Kafar Hamra bombardée

    Urgent: la maternité de Kafar Hamra bombardée

    C’est avec une grande tristesse et une profonde indignation que nous avons appris le bombardement de la maternité développée et gérée par l’association Medina en Syrie dans la nuit du 11 au 12 août dernier. Selon le communiqué de l’association, «  un avion, « vraisemblablement russe, a procédé à un bombardement ciblé sur la maternité de Kafar Hamra, à l’ouest d’Alep ». Deux membres de l’équipe médicale locale et une patiente ont trouvé la mort dans cet acte qualifié de crime de guerre par Medina. Plusieurs personnes et cinq nouveau-nés ont été grièvement blessés. Le bâtiment et la majeure partie des équipements sont détruits. Depuis janvier 2015, la maternité, dernier établissement de cette spécialité dans la banlieue ouest d’Alep, avait permis de réaliser près de 1200 accouchements et environ 40 000 consultations gynécologiques, pédiatriques et psychologiques. L’équipe médicale syrienne endeuillée entend poursuivre son action, et tente de récupérer le matériel encore utilisable pour remettre sur pied un …Lire l'article »
  • L’Ordre a 70 ans

    L’Ordre a 70 ans

    Le Conseil national de l’Ordre des sages-femmes a fêté ses 70 ans à l’hôtel des Invalides le 2 juin dernier. C’est dans un décor martial qu’élus de l’Ordre et invités se sont retrouvés autour d’une exposition de photos, en présence de Laurence Rossignol, ministre des Familles, de l’Enfance et des Droits des femmes et de Catherine Lemorton, présidente de la commission des Affaires sociales de l’Assemblée nationale. Laurence Rossignol a insisté sur le travail mené avec le CNOSF pour lutter contre les violences faites aux femmes et aux enfants. Présidente du CNOSF depuis dix ans, Marie-Josée Keller a retracé l’histoire de la profession, en rappelant évidement que 1995 fut un tournant, dès lors que le CNOSF a été dirigé par les sages-femmes et non plus par les médecins. Soulignant des avancées et des échecs, la présidente a estimé que la profession « est à mi-chemin » pour gagner la place qui devrait être la sienne …Lire l'article »
  • PréCARE livre ses premiers résultats

    PréCARE livre ses premiers résultats

    C’est la première cohorte de cette envergure en France. PréCARE rassemble des données sur plus de 10 000 couples mères-enfants. Impulsée il y a dix ans par Dominique Mahieu-Caputo, cheffe du service de gynécologie-obstétrique à l’hôpital Bichat et fondatrice du réseau de périnatalité Solidarité Paris Maman (Solipam), décédée en 2009, la cohorte a été coordonnée par Elie Azria, gynécologue-obstétricien, épidémiologiste à l’Inserm et chef de service à l’hôpital Saint-Joseph. Les premiers résultats permettant d’évaluer l’impact de la précarité maternelle sur le devenir obstétrical et néonatal des couples mères-enfants ont été rendus publics lors du congrès « La grossesse à l’épreuve de la précarité », qui s’est tenu le 6 juin dernier à l’hôtel de ville de Paris. UNE COHORTE INÉDITE De septembre 2010 à novembre 2011, toutes les femmes majeures inscrites, accouchant ou admises en post-partum immédiat dans l’un des quatre centres franciliens participants (Bichat-Claude-Bernard, Robert-Debré, Louis Mourier et Beaujon) ont été incluses dans la …Lire l'article »
  • Maisons de naissance : premières inaugurations

    Maisons de naissance : premières inaugurations

    C’est avec beaucoup d’émotion que le Calm a été inauguré officiellement le 18 avril dernier dans le XIIe arrondissement de Paris. Plusieurs élus avaient fait le déplacement : Sandrine Mazetier, députée socialiste, Catherine Baratti-Elbaz, maire du XIIe arrondissement, Pénélope Komitès et Bernard Jomier, adjoints à la maire de Paris. Mais c’est la sénatrice centriste Muguette Dini, à l’origine de la proposition de loi ayant autorisé l’expérimentation, qui a coupé le ruban tricolore inaugural. Active depuis 2008, cette maison de naissance a servi de modèle préfigurateur à la loi. La présidente, Mariane Niosi, a souligné que le projet avait été porté par des générations de parents. Quant à Anne Morandeau, une sage-femme présente de longue date au Calm, elle s’est réjouie d’être passée de réunions confidentielles entre collègues pour monter le projet à ce jour d’officialisation. A Nancy, en Lorraine, la maison de naissance « Un nid pour naître » a été inaugurée le 30 avril …Lire l'article »
  • Les femmes enceintes, imprégnées de polluants

    Les femmes enceintes, imprégnées de polluants

    Bisphénol A (BPA), phtalates, pesticides, métaux lourds, PCB, dioxines et retardateurs de flammes… Pas moins de trois tomes seront publiés courant 2016 par l’Institut national de veille sanitaire (INVS) concernant l’imprégnation des femmes enceintes à ces polluants. Les premiers résultats concernant le BPA, les phtalates et pesticides ont été rendus publics le 2 mai dernier, lors des Lundis de l’Institut national d’études démographiques. Ces substances présentes dans l’environnement font régulièrement parler d’elles en raison de leur effet perturbateur des fonctions endocrines. L’exposition prénatale est suspectée d’entrainer des petits poids à la naissance, une prématurité, des problèmes de développement et des dysfonctionnements du système reproducteur. BIOSURVEILLANCE Dans le cadre du Grenelle 2 et du Plan santé environnement, l’InVS (aujourd’hui regroupé au sein de l’agence Santé publique France) a été chargé de mener une étude de biosurveillance dans le domaine périnatal. Au sein de la cohorte Elfe, un sous-échantillon représentatif de 4145 femmes enceintes a été inclus …Lire l'article »
  • Alcoolisation fœtale : prochaine grande cause nationale ?

    Alcoolisation fœtale : prochaine grande cause nationale ?

    Bien plus répandue qu’on ne le pense souvent, l’alcoolisation fœtale est dramatique pour les bébés à naître, ainsi que pour les enfants, adolescents et adultes qu’ils deviendront. Le syndrome d’alcoolisation fœtale (SAF) est la forme la plus grave : dysmorphie craniofaciale, hypotrophie globale avec retard de croissance, retard mental avec déficit intellectuel. Mais il existe de nombreux autres syndromes, moins complets, que les spécialistes ont réuni dans les Troubles causés par l’alcoolisation fœtale. Les progrès réalisés en neurobiologie, en épidémiologie et en détection laissent désormais entrevoir l’ampleur du drame. Dans un rapport adopté le 22 mars dernier, l’Académie nationale de médecine sonne l’alarme. TOXIQUE À LONG TERME L’inadaptation du nouveau-né qui peut aussi souffrir de difficultés d’allaitement et de troubles du sommeil peut parfois être confondue avec des signes de sevrage. Quand l’enfant entre à l’école, des anomalies de comportement et des troubles cognitifs retentissent sur ses apprentissages. A l’adolescence, on peut y ajouter une …Lire l'article »