Bienvenue sur Profession Sage-Femme

Le magazine d’actualité de toutes les sages-femmes. Chaque mois, le magazine traite des nouveautés scientifiques, médicales, juridiques, sociales, économiques et politiques de la profession et propose un grand dossier de fond. Abonnez-vous en cliquant ici

  • A Privas, la maternité va fermer

    A Privas, la maternité va fermer

    À Privas, en Ardèche, la maternité va fermer. À moins d’un coup de théâtre, les femmes ne devraient plus accoucher dans ce service du centre hospitalier des Vals d’Ardèche (CHVA) à partir du mois de juillet. À la place, un centre périnatal de proximité (CPP) devrait ouvrir ses portes. Mais avant cela, l’équipe doit traverser les affres de la mutation et le deuil de sa maternité. Sans aucun dialogue avec l’ARS Auvergne-Rhône-Alpes (lire Profession Sage-Femme n° 255-mai 2019, p. 23), les professionnels de la maternité sont en souffrance. Sous couvert d’anonymat, plusieurs d’entre eux, à qui l’on a interdit de communiquer sur le sujet, ont accepté de témoigner.Lire l'article »
  • Maternités menacées : l’équation impossible ?

    Maternités menacées : l’équation impossible ?

    Le maintien des petites maternités, souvent situées en zone rurale, est devenu le symbole de l’accessibilité des services publics. Pour le Gouvernement, elles ne peuvent être maintenues sans médecins en nombre suffisant. Agnès Buzyn l’assure : les questions économiques n’entrent pas en ligne de compte (Télécharger le document ci-dessous). Mais la fin des exceptions géographiques entrainerait des risques pour les femmes les plus éloignées. Entre fermer ou maintenir ces petits établissements, les décideurs n’auraient-ils donc le choix qu’entre deux mauvaises solutions ? « On ne peut rechercher l’égalité absolue entre les territoires, compte tenu de la répartition humaine en France, estime Jeanne-Marie Amat-Roze, pionnière de la géographie de la santé et professeure à l’université de Créteil à la retraite. Mais il faut de l’équité, c’est-à- dire une justice, en particulier dans les péri- phéries ou les déserts médicaux. » Le débat sur les zones concernées est d’autant plus vif que de nombreuses maternités sont passées sous la barre des 300 accouchements annuels, seuil fixé en 1998 pour autoriser l’activité d’obstétrique. [...]Lire l'article »
  • Les restructurations des maternités à venir

    Les restructurations des maternités à venir

    La loi de Santé en discussion au Parlement promet de recentrer 300 établissements sur la médecine. En clair : ils devront se délester de leurs services de chirurgie et d’obstétrique. Combien de maternités sont menacées ? Le chiffrage est difficile, des établissements ayant déjà fusionné ou fermé à travers la mise en place des groupements hospitaliers de territoire (GHT). Et le Gouvernement se garde bien de donner des détails, tant le sujet des services de proximité est explosif. D’un autre côté, les décrets de périnatalité sont en cours de révision à la Direction générale de l’offre de soins (DGOS). Le groupe de travail relèvera-t-il le seuil d’accouchements pour autoriser les activités d’obstétrique, comme le demande la Cour de compte depuis 2014 ? Les restructurations vont-elles créer plus de grosses maternités ? Tout semble y concourir, comme l’idée que le nombre d’actes est lié à la qualité des soins. BIG IS BEAUTIFUL Le lien entre le volume d’actes réalisés et la supposée qualité des soins remonte au rapport de Guy Valencien, [...]Lire l'article »
  • Maternité de Die. Après la fermeture

    Maternité de Die. Après la fermeture

    Pendant des années, on n’avait aucun projet, sauf attendre une éventuelle fermeture, raconte l’auxiliaire de puériculture Élodie Borel. Ouvrir le CPP [Centre périnatal de proximité, ndlr] a été angoissant, mais aussi très stimulant. » Globalement, après les affres des dernières années de fonctionnement et le deuil de la maternité (Lire ici), l’équipe semble épanouie. Rapide, la transition a été difficile, mais très accompagnée par l’équipe de Valence. Après plus d’un an de recul, les plâtres ont été essuyés. Un bilan a même été dressé. Avec des surprises : si le fonctionnement global de la structure et les différents risques liés au déplacement de l’accouchement dans une maternité plus éloignée ont été anticipés, les femmes ne suivent pas toutes la voie tracée par les professionnels. UN AUTRE LIEN AUX PATIENTES « L’information que la maternité avait fermé a très bien circulé. Mais ça n’a pas été de même pour l’ouverture du CPP », regrette la sage-femme Nadine Billy. La fréquentation du centre est restée faible pendant le premier trimestre 2018. Au [...]Lire l'article »
  • Maternité de Die : chronique d’une fermeture annoncée

    Maternité de Die : chronique d’une fermeture annoncée

    « Quand j’ai postulé à la maternité en 1986, le directeur de l’hôpital m’a appelée pour me prévenir que le service allait fermer, raconte Agnès Juvin, qui fait désormais office de sage-femme coordinatrice au Centre périnatal de proximité (CPP) de Die. J’étais jeune, j’avais envie de bouger, même si ce n’était que pour deux mois. Alors je suis venue. J’ai pris mon poste en novembre 1986. » La maternité a fermé ses portes le 29 décembre 2017, plus de 33 ans après cette première annonce. Aujourd’hui, la sage-femme compte parmi les anciennes de l’équipe. Elle a mené l’essentiel de sa carrière dans la plus petite maternité de France métropolitaine. En 2016, 117 bébés y sont nés. Pour les habitants, fortement mobilisés, la fermeture de la maternité jouait donc l’arlésienne depuis plus de trois décennies. Si bien que la confirmation de l’événement a fait l’effet d’un coup de massue, la décision de non certification de l’hôpital, rendue par la HAS en octobre 2017, ayant peu été médiatisée. Sur place, l’équipe apprend [...]Lire l'article »
  • La macrosomie en questions

    La macrosomie en questions

    PEUT-ON DÉFINIR LA MACROSOMIE ? Il n’existe aucune défi nition consensuelle de la macrosomie et la circonscrire demeure problématique. Dans la littérature, plusieurs termes l’évoquent : large pour l’âge gestationnel, poids excessif pour le terme de naissance. La macrosomie n’est redoutée que par rapport aux risques de complications obstétricales, maternelles et foetales qui y sont liées. Sur le plan obstétrical, elle est associée à davantage de travail prolongé, de césariennes, d’extractions instrumentales et – risque le plus redouté – de dystocies des épaules. Côté maternel, elle induit davantage de risques de lésions périnéales, d’hémorragies du post-partum, d’endométrites et, à plus long terme, d’incontinences urinaires et anales. Sur le plan néonatal, elle est à associée à un risque plus grand d’asphyxie et de mort périnatale, de détresse respiratoire, d’acidose et d’hypoglycémie, de fractures osseuses ou de paralysie du plexus brachial. Mais à partir de quel poids estimé et réel ces risques sont-ils majorés ? Certaines défi nitions retiennent un poids de naissance attendu, tenant compte des caractéristiques individuelles de la mère [...]Lire l'article »
  • Mayotte : l’exception périnatale

    Mayotte : l’exception périnatale

    Française depuis 1974, Mayotte est restée dépourvue sur le plan sanitaire jusqu’à son rattachement à la métropole en tant que collectivité territoriale en 2004, puis son accession au statut de département en 2014. L’organisation des soins à Mayotte a suivi, avec un décalage dans le temps, l’évolution politique de l’île (voir page 22). UN LENT RATTRAPAGE Dans les années 1990, l’île dispose de treize maternités rurales et d’un hôpital à Mamoudzou, le chef-lieu. Le premier obstétricien n’est recruté qu’en 1991. Au tournant des années 2000, le centre hospitalier de Mayotte (CHM) est institué. Les maternités rurales laissent la place à quatre maternités périphériques rattachées au centre hospitalier central. La maternité de Mramadoudou, au sud, ouvre en 2005, celle de Kahani en 2006 et celle de Dzoumogné en 2010. Une autre est en activité sur l’île de Petite-Terre, à Dzaoudzi (voir carte). L’année 2004 voit aussi l’avènement d’un conseil général doté de compétences en matière de protection maternelle et infantile. Aujourd’hui, l’hôpital de Mayotte correspond aux standards d’une maternité de type [...]Lire l'article »
  • Préserver le périnée : nouvelles recommandations

    Préserver le périnée : nouvelles recommandations

    Hasard du calendrier, le Collège national des gynécologuesobstétriciens français (CNGOF) a choisi de traiter des interventions possibles pour mieux préserver le périnée en pleine controverse médiatique sur l’épisiotomie et les violences obstétricales courant 2017-2018. Les recommandations de pratique clinique (RPC), résultat de ces travaux, ont été présentées aux Journées nationale du CNGOF à Strasbourg en décembre dernier. Les textes longs des RPC ont été publiés dans la revue Gynécologieobstétrique, fertilité et sénologie.NOUVELLE APPROCHECes RPC paraissent treize ans après les dernières recommandations du CNGOF sur le sujet. En 2005, les RPC préconisaient une pratique « restrictive » et non plus « libérale » de l’épisiotomie, estimant qu’un taux national inférieur à 30 % serait bon à atteindre. Depuis, les taux demeurent très variables d’une maternité à l’autre. Par exemple, le CHU de Besançon affi che 1 % d’épisiotomies tandis que le CHI de Montreuil, dans le 93, affi chait un taux de 34 % chez les primipares en 2016. Les associations d’usagers du système de santé et des féministes ont réclamé [...]Lire l'article »
  • Contenir l’épidémie mondiale de césarienne

    Contenir l’épidémie mondiale de césarienne

    En quinze ans, le nombre d’enfants nés par césarienne a doublé. En 2015, 29,7 millions de naissance ont eu lieu par voie haute dans le monde. Cela correspond à un taux de 21 %, quand l’OMS juge inadaptés les taux qui débordent de la tranche de 10 % à 15 %. En 1990, le taux mondial de césarienne était de 6 %. Depuis 2000, chaque année, ce taux augmente de 4 %. Aujourd’hui, les spécialistes évoquent une « épidémie ». Cela ne doit pas pour autant cacher d’énormes inégalités territoriales. Dans l’ouest et le centre de l’Afrique, le taux est inférieur à 5 %, tandis qu’il atteint les 60 % dans plusieurs pays d’Amérique latine. En République dominicaine, une femme a 14 fois plus de risques d’accoucher par césarienne qu’en Afrique de l’Ouest. Chaque année, 6,2 millions de césariennes sont réalisées dans le monde sans aucune raison médicale. La moitié de ces interventions a lieu au Brésil et en Chine. La France n’est pas épargnée. Si son taux de césarienne [...]Lire l'article »
  • « La profession de sexologue n’existe pas »

    « La profession de sexologue n’existe pas »

    La sexologie est-elle une spécialité ? Officiellement, les diplômes de sexologie, qui sont des diplômes interuniversitaires nationaux, ne sont pas professionnalisants. La sexologie n’est donc pas une spécialité et le métier de sexologue n’est pas ce qu’on appelle une profession initiale. La sexologie est une complémentarité de formation. C’est important de le souligner à l’heure actuelle, où il y a un débordement et où de plus en plus de personnes se déclarent sexologues sans formation spécifique dans le champ de la santé sexuelle. Il faut dire que le titre n’est pas protégé. Dans ce contexte, les personnes ayant suivi un DIU de sexologie ne doivent pas se revendiquer uniquement sexologues, mais décliner leur profession initiale, dont le terme sexologue n’est que le qualificatif. Elles indiquent ainsi qu’elles ont été formées à la sexologie. Pour être membre titulaire de l’Association interdisciplinaire postuniversitaire de sexologie (Aius) et participer à l’évolution de l’association, en plus d’être adhérent de l’association et de participer aux congrès, il faut être médecin, sage-femme, pharmacien, kinésithérapeute, infirmier ou psychologue [...]Lire l'article »