Mayotte : l’exception périnatale

Dernier département rattaché à la France, l’île de Mayotte affronte de nombreuses diffi cultés : croissance démographique, pauvreté endémique, turnover important des professionnels de santé et défaillances du conseil départemental. L’organisation des soins en périnatalité y est particulière et les sages-femmes y occupent une place prépondérante. L’Enquête nationale périnatale 2016 dédiée à Mayotte indique des résultats stables par rapport à 2010, malgré l’augmentation du nombre des naissances et de la précarité.

Française depuis 1974, Mayotte est restée dépourvue sur le plan sanitaire jusqu’à son rattachement à la métropole en tant que collectivité territoriale en 2004, puis son accession au statut de département en 2014. L’organisation des soins à Mayotte a suivi, avec un décalage dans le temps, l’évolution politique de l’île (voir page 22). UN LENT RATTRAPAGE Dans les années 1990, l’île dispose de treize maternités rurales et d’un hôpital à Mamoudzou, le chef-lieu. Le premier obstétricien n’est recruté qu’en 1991. Au tournant des années 2000, le centre hospitalier de Mayotte (CHM) est institué. Les maternités rurales laissent la place à quatre maternités périphériques rattachées au centre hospitalier central. La maternité de Mramadoudou, au sud, ouvre en 2005, celle de Kahani en 2006 et celle de Dzoumogné en 2010. Une autre est en activité sur l’île de Petite-Terre, à Dzaoudzi (voir carte). L’année 2004 voit aussi l’avènement d’un conseil général doté de compétences en matière de protection maternelle et infantile. Aujourd’hui, l’hôpital de Mayotte correspond aux standards d’une maternité de type…

——————————————————————————————————————————–

Ce contenu est réservé aux abonnés formule numérique.