Le soignant, seconde victime d’un événement grave

Suite à un accident médical, fautif ou non, les soignants sont susceptibles d’être traumatisés, au même titre que le patient concerné. Le concept de soignant comme seconde victime émerge et gagne à être connu, pour mieux protéger les professionnels et les patients.

« Un cas de décès d’enfant « m’empoisonne » un peu beaucoup la vie depuis trois ans. Il n’y a pas eu de dépôt de plainte, mais je me pose toujours la question de ma responsabilité. J’ai…

——————————————————————————————————————————–

Ce contenu est réservé aux abonnés formule numérique.