Européennes, comment allez-vous ?

5 novembre 2016 0

Dans tous les pays du monde, les femmes ont une espérance de vie plus longue que les hommes. En Europe, 70 % des 14 millions de personnes qui ont dépassé les 85 ans sont des femmes. Que cache cet avantage féminin ? L’OMS a voulu le savoir, dans le but d’atteindre les objectifs n° 3 et 5 du programme de développement durable à l’horizon 2030 : la « bonne santé et le bien-être » et « l’égalité de genre ». Mi-septembre, l’organisation a présenté un bilan sur la santé des femmes en Europe. Maladies cardiovasculaires et dépression Dans la grande région de l’Europe géographique, on compte 466,7 millions de femmes. Si globalement elles vivent plus vieilles que les hommes, les différences géographiques au sein du continent demeurent. De l’Ouzbékistan à la Norvège, en passant par la France, les contextes ont peu à voir. La durée moyenne de la vie des femmes court de 70 à 85 ans selon les pays. Et dans chacun d’entre eux, des disparités subsistent. Avant tout, les femmes meurent de maladies cardiovasculaires...

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- Ce contenu est réservé aux abonnés formule numérique.

Les écoles de sages-femmes, à l’heure du LMD

5 novembre 2016 0

La réforme LMD (Licence-Master-Doctorat), instaurée en 2011, est l’une des voies d’intégration des écoles de sages-femmes à l’université. Au programme ? Instituer les European Credit Transfert System (ECTS – voir encadré), avancer par semestre, proposer un catalogue d’unités d’enseignement librement choisies (UELC), diminuer le temps de stage, chercher la mutualisation de certaines unités d’enseignement (UE) avec la faculté de médecine. Cette réforme était souhaitée par les organisations et associations professionnelles, aspirant à une universitarisation plus poussée de la formation initiale. « Je l’attendais depuis trente ans. Elle nous tire vers le haut », s’enthousiasme Christiane Roux, directrice de l’école de sages-femmes de la faculté libre de médecine et de maïeutique de Lille. « Enfin, nous accédons à un processus d’évaluation des sages-femmes par le Haut Conseil de la recherche et de l’enseignement supérieur », renchérit Isabelle Derrendinger, directrice de l’école de sages-femmes de Nantes depuis cinq ans. « Aujourd’hui, les étudiants bénéficient du système universitaire reconnu au niveau européen, avec les unités et les crédits d’enseignement qui permettent des passerelles », détaille Marie-Christine Leymarie, directrice de...

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- Ce contenu est réservé aux abonnés formule numérique.

Les mémoires récompensés à Evian

5 novembre 2016 0

Le Grand Prix Evian des écoles de sages-femmes (ESF) soufflait cette année ses 25 bougies. Autant d’années qui ont rendu ce rendez-vous incontournable pour la profession. D’une part, les mémoires présentés sont censés représenter ce qui se fait de mieux dans les écoles. C’est aussi une occasion de rencontres informelles dans un cadre luxueux et paisible. En période de rentrée, les sujets de débats ou d’échanges ne manquent pas pour les représentants des associations invitées et les responsables d’écoles. Temps forts Comme le veut la tradition, la séance inaugurale de ce week-end studieux est en partie consacrée à l’histoire géologique du plateau de Gavot, qui a permis l’éclosion de la source d’Evian, et à la préservation des qualités de son eau aujourd’hui. Puis des exposés thématiques centrés sur la pratique de sages-femmes sont proposés. En partenariat avec le laboratoire Gallia, Hassan Moumin Bahdon, gynécologue-obstétricien à Trappes, a présenté un topo sur la mastite. L’auditoire a surtout réagi aux présentations de deux sages-femmes exerçant en maison de naissance, l’une en Suisse...

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- Ce contenu est réservé aux abonnés formule numérique.

Baisse du numerus clausus : les représentantes disent non !

5 novembre 2016 0

Le CNOSF a préconisé une baisse du numerus clausus (NC) de 1005 à 900 à la rentrée 2017 et davantage ensuite. Une décision qui pourrait menacer certaines écoles de sages-femmes. Objectif pour l’Ordre : freiner la croissance de l’effectif total des sages-femmes, sans le diminuer pour autant (voir Profession Sage-Femme n° 229 – octobre 2016). Depuis, les représentantes de la profession ont réagit. L’immense majorité s’oppose fermement à l’avis de l’Ordre, pris sans concertation. Seul le conseil d’administration de l’Association nationale des sages-femmes libérales (ANSFL) a voté pour cette baisse, tout en soutenant la nécessité d’une femme/une sage-femme pour un meilleur accompagnement des patientes. Un vote serré, obtenu d’une voix, preuve que le sujet prête à débat. Pragmatisme à court terme ?  Dans son argumentaire, l’ANSFL a choisi l’exercice délicat de faire parler les chiffres. Il y aurait actuellement assez de sages-femmes pour assurer un suivi global à toutes les femmes, si les maisons de naissance étaient généralisées. Prenant exemple sur le Québec, où un équivalent temps plein de sage-femme permet le...

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- Ce contenu est réservé aux abonnés formule numérique.

Le b.-a.-ba de la réforme

5 novembre 2016 0

La première année, celle de la Paces, correspond à la première année de licence de science maïeutique. Le premier cycle universitaire dure donc trois ans. Cette période apporte les connaissances théoriques et cliniques qui préparent au master. Le second cycle universitaire (master 1/master 2) dure deux ans, permet un approfondissement des connaissances et assure la professionnalisation de l’étudiant. Le diplôme est organisé en semestres et en unités d’enseignement (UE). A côté d’un socle commun à toutes les écoles d’UE théoriques et cliniques, l’étudiant poursuit un parcours personnalisé, avec un projet qui correspond à son parcours professionnel soutenu par un stage et des UE librement choisies. Celles-ci peuvent s’intégrer à la formation théorique ou clinique ou dans le parcours recherche. Les écoles gardent une liberté dans le nombre d’ECTS (European Credit Transfert System) par UE. Et elles choisissent les UE libres, qui représentent 10 à 20 % du contenu des études. Les étudiants doivent obtenir 60 ECTS en première année. En deuxième et troisième année, ils cumulent 120 ECTS pour obtenir la...

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- Ce contenu est réservé aux abonnés formule numérique.

Les grandes dates des écoles de sages-femmes

5 novembre 2016 0

1973 : Les étudiants sages-femmes ne partagent plus la première année d’études avec les infirmières. 1985 : Le cursus évolue de 3 à 4 ans, avec la rédaction d’un mémoire de fin d’études. 1995 : Une sage-femme dirige le Conseil national de l’Ordre. 2002 : Textes fondateurs de la réforme Licence-Master-Doctorat (LMD). 2003 : Tous les étudiants passent par la Paces, avec cinq ans d’études. 2009 : Elargissement des compétences à la contraception. La filière Maïeutique devient l’une des quatre filières de la Paces. 2010 : Création de l’Ecole universitaire de maïeutique Marseille Méditerranée (EU3M), seule école totalement autonome et universitaire. 2011 : Les écoles entrent dans le processus LMD. 2012 : Création de la Conférence nationale des enseignants en maïeutique (Cnema). 2013 : Le diplôme de formation générale en sciences maïeutiques (DFGSMa) vaut licence. Il boucle le premier cycle. La réforme du deuxième cycle hisse le diplôme d’Etat au grade de master. 2015 : Les premières promotions de diplômés au grade master sortent des écoles. 2016 : Le statut d’enseignant-chercheur en maïeutique est inscrit dans la loi de Santé. Les...

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- Ce contenu est réservé aux abonnés formule numérique.

Les freins à l’intégration universitaire

5 novembre 2016 0

« Il subsiste plusieurs freins à l’universitarisation totale des études. D’abord, les sages-femmes enseignantes n’ont pas de statut permettant de cumuler une activité clinique et l’enseignement à l’université. Aujourd’hui, pour accéder à ce statut, il faut avoir un doctorat dans une autre discipline, car la filière maïeutique ne dispose pas d’un troisième cycle. Ou encore, être qualifié au Conseil national des universités dans une discipline de thèse, avec un statut d’enseignant-chercheur qui limite l’activité à l’enseignement. Second frein : compte tenu de l’autonomie des universités, localement, les relations entre le président de l’université, le doyen de la faculté de médecine ou de santé et la directrice de l’école de sages-femmes ont un impact sur les modalités juridiques d’intégration des écoles. Sans compter que les finances manquent. La région se charge de nombreux frais (fonctionnement, investissement, innovation, formation) et préfère souvent laisser la masse salariale à la charge des universités, en proie à des problèmes budgétaires, ce qui pénalise les écoles de sages-femmes. Du point de vue des locaux, les universités n’ont pas...

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- Ce contenu est réservé aux abonnés formule numérique.

Recherche

5 novembre 2016 0

Violence obstétricale : l’apport des sciences sociales La violence obstétricale est apparue récemment dans le débat public français, à propos de pratiques unanimement choquantes (point du mari, toucher vaginal sur patiente endormie). Mais la question de la maltraitance agite les sciences sociales depuis longtemps, tout comme, au niveau international, le milieu des défenseurs d’un accouchement plus respectueux. Dans un article très documenté, une équipe internationale fait le point. Dès 1985, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) s’est inquiétée d’une médicalisation excessive de l’accouchement. Elle invitait le personnel de santé et l’administration à revoir ses protocoles et évaluer l’intérêt de ses pratiques. Depuis, l’épisiotomie et la césarienne – par exemple – ont continué de se multiplier, sans que le phénomène ait un quelconque effet positif sur les taux de mortalité et de morbidité périnatales et maternelles. Le taux d’épisiotomies atteint une moyenne de 70 % dans les maternités de Chypre, de la Pologne et du Portugal. En 2010, les taux les plus bas étaient rapportés au Danemark (4,9 %), en Suède (6,6...

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- Ce contenu est réservé aux abonnés formule numérique.

Violences conjugales : combien ça coûte ?

5 novembre 2016 0

Trois milliards et six cent millions d’euros. Voilà ce qu’ont coûté, en 2012, en France, les violences entre partenaires intimes, qu’elles surviennent au sein d’un couple ou d’un ex-couple. Le montant est énorme. C’est la troisième fois qu’il est évalué et les chiffres ne cessent d’augmenter, selon l’étude publiée dans le Bulletin épidémiologique hebdomadaire. Il est aussi très approximatif. Car les chercheurs veulent inclure l’ensemble des coûts, complexes à récolter. Cette fois, les spécialistes ont ajouté une estimation chiffrée des conséquences sur les enfants. Indispensable, cette ligne supplémentaire sur ce macabre bilan comptable n’en est pas moins largement sous-évaluée. L’équipe de Sciences Po Paris et de l’Observatoire national de la protection de l’enfance le reconnaît. Des coûts globaux Comment sont-ils parvenus à un pareil montant ? Les coûts directs, médicaux ou non, ont d’abord été retenus : consommation de soins, dépenses liées à l’accompagnement des victimes et des auteurs, dépenses générées par des activités de police, gendarmerie, justice, administration pénitentiaire, centres d’hébergement d’urgence, etc. S’y ajoutent des coûts indirects. Les spécialistes...

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- Ce contenu est réservé aux abonnés formule numérique.