Fœtus en danger : faut-il signaler ?

Dès la période fœtale, un enfant peut être considéré en danger dans sa famille. Peut-on le protéger avant même sa naissance ? Entre accompagnement de la grossesse, prévention des risques et protection de l’enfance, le rôle de la sage-femme est parfois compliqué. Le département de la Vienne a mis sur pied un dispositif original. Il ne fait pas l’unanimité.

« Annoncer aux parents une séparation quand leur bébé vient juste de naître, c’est impensable. Cela bouscule tout le monde. C’est émotionnellement très difficile », raconte Estelle Russeil. Cette éducatrice est coordinatrice entre le service de protection maternelle et infantile (PMI) et celui de l’Aide sociale à l’enfance (ASE), où les enfants peuvent être placés sur décision judiciaire après avoir été séparés de leur famille par mesure de protection. Le poste est rare, mais dans la Vienne (86), c’est elle qui vient chercher les nouveau-nés à la maternité lorsque le procureur de la République, après une alerte des équipes de PMI et de la maternité, estime que l’enfant ne peut pas rester avec sa mère. Les situations peuvent être dramatiques, « avec beaucoup de violence, de cris, de pleurs », poursuit l’éducatrice. Mais depuis quelques années, elle constate que ces séparations se passent mieux que par le passé. À la maternité, la violence a baissé. Elle attribue ce phénomène au protocole mis en place dans son département au sujet de la transmission d’une…

——————————————————————————————————————————–

Ce contenu est réservé aux abonnés formule numérique.