« La profession de sexologue n’existe pas »

Présidente de l’Association interdisciplinaire postuniversitaire de sexologie, qu’elle a contribué à créer, la psychiatre Mireille Bonierbale, surnommée par certains de ses collègues « maman de la sexologie française », revient sur l’histoire de cette discipline dans notre pays.

La sexologie est-elle une spécialité ? Officiellement, les diplômes de sexologie, qui sont des diplômes interuniversitaires nationaux, ne sont pas professionnalisants. La sexologie n’est donc pas une spécialité et le métier de sexologue n’est pas ce qu’on appelle une profession initiale. La sexologie est une complémentarité de formation. C’est important de le souligner à l’heure actuelle, où il y a un débordement et où de plus en plus de personnes se déclarent sexologues sans formation spécifique dans le champ de la santé sexuelle. Il faut dire que le titre n’est pas protégé. Dans ce contexte, les personnes ayant suivi un DIU de sexologie ne doivent pas se revendiquer uniquement sexologues, mais décliner leur profession initiale, dont le terme sexologue n’est que le qualificatif. Elles indiquent ainsi qu’elles ont été formées à la sexologie. Pour être membre titulaire de l’Association interdisciplinaire postuniversitaire de sexologie (Aius) et participer à l’évolution de l’association, en plus d’être adhérent de l’association et de participer aux congrès, il faut être médecin, sage-femme, pharmacien, kinésithérapeute, infirmier ou psychologue…

——————————————————————————————————————————–

Ce contenu est réservé aux abonnés formule numérique.