Un Grand Prix Évian 2018 entre pairs

Comme chaque année, le jury du Grand Prix Évian des écoles de sages-femmes devait départager six lauréates. Toutes avaient choisi des sujets en lien avec le respect de la physiologie de la naissance ou de la pratique des sages-femmes.

Créé en 1992, le Grand Prix Évian des écoles de sages-femmes a tenu sa 27e édition à Paris le 28 septembre dernier. Six lauréates étaient en lice, sélectionnées par le jury parmi 38 synopsis de mémoires adressés par les écoles, sur quelque 900 mémoires soutenus en 2018. Cette sélection ne représente pas les meilleurs mémoires de France, mais un échantillon des travaux de qualité. Les présentations des lauréates ont parfois été l’occasion pour les membres du jury d’adresser des messages plus généraux. UN JURY FÉMININ Le jury 2018 regroupait uniquement des femmes, avec comme présidente Isabelle Derrendinger, directrice de l’école de sages-femmes de Nantes. À ses côtés siégeaient Anne Chantry, enseignante à l’école de Baudelocque et chercheuse à l’Inserm, Martine Chauvière, sage-femme coordinatrice au CH de Saint-Malo, Isabelle Hervo, sage-femme sociologue et Marie-Sophie Chavet, pédiatre à l’hôpital Trousseau à Paris. Pour la première fois, la composition du jury dérogeait à la tradition  : aucun gynécologue-obstétricien n’y siégeait. « Lorsque les organisateurs du Grand Prix m’ont sondée, je leur ai suggéré un jury…

——————————————————————————————————————————–

Ce contenu est réservé aux abonnés formule numérique.