Maternités menacées : l’équation impossible ?

Les petits hôpitaux réalisant moins de 300 accouchements par an et situés en zone rurale sont au coeur du débat sur les fermetures de maternités. Faute de médecins, leur maintien serait dangereux selon le Gouvernement. De leur côté, les opposants en appellent à l’égalité républicaine et demandent le maintien de services publics de proximité.

Le maintien des petites maternités, souvent situées en zone rurale, est devenu le symbole de l’accessibilité des services publics. Pour le Gouvernement, elles ne peuvent être maintenues sans médecins en nombre suffisant. Agnès Buzyn l’assure : les questions économiques n’entrent pas en ligne de compte. Mais la fin des exceptions géographiques entrainerait des risques pour les femmes les plus éloignées. Entre fermer ou maintenir ces petits établissements, les décideurs n’auraient-ils donc le choix qu’entre deux mauvaises solutions ? « On ne peut rechercher l’égalité absolue entre les territoires, compte tenu de la répartition humaine en France, estime Jeanne-Marie Amat-Roze, pionnière de la géographie de la santé et professeure à l’université de Créteil à la retraite. Mais il faut de l’équité, c’est-à-dire une justice, en particulier dans les périphéries ou les déserts médicaux. » Le débat sur les zones concernées est d’autant plus vif que de nombreuses maternités sont passées sous la barre des 300 accouchements annuels, seuil fixé en 1998 pour autoriser l’activité d’obstétrique. FIN DES DÉROGATIONS ? En 2014,…

——————————————————————————————————————————–

Ce contenu est réservé aux abonnés formule numérique.